POA : Déclaration de guerre.

Posté par admin le 29 11 2014

Le 26 mai dernier nous avons écrit une lettre ouverte au Président de l’Université de Bordeaux qui s’est bien gardé d’y répondre.

Dans laquelle nous disions :
« Le voisinage qui croyait son logement et sa propriété protégés par des lois et des règlements va se voir scandaleusement spolié. Pour celui-ci, il ne s’agit plus d’une provoca-tion mais d’une véritable déclaration de guerre. »

Le journal Sud Ouest, dans sa livraison du 25 novembre, nous apprend qu’effectivement la guerre vient d’être déclarée :
« Un autre recours concernant le projet du Petit Port a été déposé par une centaine de propriétaires individuels et de copropriétaires de deux résidences dont la vue sur le Bassin devrait être bouchée par le POA, plus l’association arcachonnaise de plaisanciers CDROM. »

L’Université de Bordeaux n’entend pas faire dans la dentelle et ne se sent pas gênée de spolier une centaine de propriétaires. Et quelques plaisanciers.
Le Pôle Océanographique Aquitain rejoint ainsi les peu glorieux aérodrome de Notre-Dame-des-Landes, le barrage de Sivens et tutti quanti, dans le club des projets contestés. Alors qu’il n’était pas encore mentionné sur la carte de ces dits projets contestés que le Monde a publiée dans sa livraison du 8 novembre dernier.
Les « zadistes » vont pouvoir ériger leurs tentes sur l’esplanade du Petit-Port. Cela leur permettra une villégiature somme toute plus agréable que la gadoue et les frimas qu’ils doivent affronter en Loire Atlantique ou dans le Tarn.
Et ils apporteront un peu d’animation à une ville qui en a bien besoin l’hiver.

Lire la suite

29nov

Une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule

Posté par admin le 23 09 2014

SUD OUEST

Arcachon : CFA Atlantique retenue pour acheter l’îlot Peyneau

Publié le 23/09/2014 à 12h50 , modifié le 23/09/2014 à 13h51

Même si la promesse de vente n’est toujours pas signée avec l’Université, la société CFA Atlantique, filiale du Groupe Financière Duval, a entamé des démarches officielles auprès de l’Etat pour son projet d’hôtel-casino sur l’îlot Peyneau

La société CFA Atlantique a été retenue pour l'achat de la station marine et du Musée-Aquarium d'Arcachon © PHOTO PATSOURIS DAVID

La société CFA Atlantique a été retenue pour l'achat de la station marine et du Musée-Aquarium d'Arcachon © PHOTO PATSOURIS DAVID

La société CFA Atlantique a été retenue pour l’achat de la station marine et du Musée-Aquarium d’Arcachon© PHOTO

PATSOURIS DAVID

C’est la société CFA Atlantique, une filiale du Groupe Financière Duval qui a été retenue par l’Université de Bordeaux pour acheter l’îlot Peyneau situé en front de mer à Arcachon. Cette société est l’une des branches des activités immobilières de ce groupe qui pèse 564 millions de chiffre d’affaires et qui emploie plus de 3000 salariés. Si la promesse de vente, selon nos informations, n’a toujours pas été signée, la société a entamé des procédures auprès de l’Etat pour mettre en oeuvre son projet une fois le terrain définitivement acquis.

Il s’agit de la construction d‘un complexe immobilier créant une surface de plancher d’environ 18 000 m² sur une emprise foncière de 4881m² comprenant la construction d’un hôtel cinq étoiles de 100 chambres, un restaurant, un bar, une salle de conférence, mais aussi 140 logements, un casino d’une capacité maximale de 800 personnes (transfert du casino existant), des commerces ainsi qu’un parking sous-sol de 440 places dont 200 places publiques sur deux niveaux.

L’Université de Bordeaux, actuellement propriétaire des lieux, doit vendre l’îlot Peyneau pour financer son projet de Pôle océanographique aquitain sur le Petit port dont le permis de construire a été déposé le 15 septembre dernier.

Catégories: Situation actuelle.
23sept

A en pleurer ….

Posté par admin le 22 09 2014

SUD-OUEST

Arcachon : le permis de construire du Pôle océanographique aquitain affiché

Publié le 22/09/2014 à 09h41 , modifié le 22/09/2014 à 10h03 par

David Patsouris

Le permis de construire du futur Pôle océanographique aquitain a été déposé par l’Université de Bordeaux le 15 septembre

Le projet prévoit un ensemble immobilier de 11 200 m² sur le Petit port© PHOTO  PATSOURIS DAVID

Le projet prévoit un ensemble immobilier de 11 200 m² sur le Petit port© PHOTO PATSOURIS DAVID

Le dossier du futur Pôle océanographique aquitain s’accélère. Après l’enquête publique portant sur sa création au printemps, les avis favorable rendus par le commissaire enquêteur et le vote par les élus arcachonnais d’un avis favorable à la mise en compatibilité du Plan local d’urbanisme (PLU) de la ville, l’Université de Bordeaux a déposé le permis de démolition de l’existant et le permis de construire le Pôle sur le Petit Port le 15 septembre dernier.

Rappelons qu’il s’agit de bâtir sur le Petit Port un ensemble immobilier de 11 200 m² de surface de plancher, d’une hauteur de 15 mètres pour le bâtiment principal et de 24 mètres au niveau du belvédère. Le POA regroupera et développera les services universitaires de la station marine d’Arcachon, et le Musée-Aquarium de la Société scientifique actuellement installés sur le site de la Place Peyneau. « Le but est de faire du POA un pôle de recherche de classe internationale », nous avait indiqué en juillet dernier Dean Lewis, vice-président du conseil d’administration de l’Université de Bordeaux.

Catégories: Situation actuelle.
22sept

L’exil des Arcachonnais

Posté par admin le 17 09 2014
17/09/2014, 10.33

Refusant définitivement de vivre à l’ombre du scandaleux mur de béton que l’université de Bordeaux veut y construire, des habitants d’Arcachon choisissent de s’exiler en masse,, vers des régions plus respectables de leur environnement.
Dans l’indifférence coupable de l’autorité locale.

L'exil arcachonnais

L'exil arcachonnais

(Agence AFRP)
Catégories: Situation actuelle.
17sept

La mauvaise foi de l’Université de Bordeaux

Posté par admin le 09 08 2014

La mauvaise foi de l’Université de Bordeaux.

Si l’Université de Bordeaux n’hésite pas à mentir, elle peut aussi très bien se montrer de mauvaise foi.
Un exemple.
Dans le mémoire en réponse aux observations du commissaire-enquêteur et au sujet du caractère de monument historique de notre Musée-Aquarium, elle explique :
« Le musée-aquarium est dès l’origine construit avec le réemploi d’ouvrages en bois récupérés pour être assemblés et adaptés sur le site de Peyneau. »
C’est bien possible.

C’est la première fois que l’on nous oppose pareil argument pour tenter de nous faire croire que notre musée-aquarium est dénué de tout caractère historique.
Il faut comprendre que s’il a été construit par le « réemploi d’ouvrages en bois récupérés », il ne peut pas s’agir d’un monument historique.
On se demande bien pourquoi.

Après quoi l’Université de Bordeaux précise :
« Il a ensuite été reconstruit en 1927. »
S’il avait été véritablement reconstruit en 1927, qu’aurait-on à faire qu’il ait été « dès l’origine construit avec le réemploi d’ouvrages en bois récupérés » ?

L’Université de Bordeaux joue un bien vilain rôle.

Catégories: Non classé
09août