L’aquarium de Dinard

Sur l’Aquarium – Musée de la Mer, de Dinard.

Il nous a semblé utile, pour sortir un peu de notre problème arcacho-arcachonnais, et pour tenter de mettre celui-ci en perspective, de nous intéresser un instant à un autre aquarium public.
Les spécialistes ont pris l’habitude de classer ces établissements selon leur génération. Il y aurait trois générations d’aquariums publics :

Sur la gauche, la Villa Bric-à-Brac et l'Aquarium

Sur la gauche, la Villa Bric-à-Brac et collé à elle l'Aquarium

Les aquariums de première génération proposaient en fait une fenêtre ouverte sur la diversité du monde pour des gens qui ne voyageaient pas.
Les aquariums de seconde génération offrent des bacs plus grands permettant une vision plus globale du visiteur qui se trouve parfois même complètement entouré d’eau.
Les aquariums de troisième génération proposent des substituts faisant appel à tous nos sens. En tentant d’impliquer les visiteurs dans l’exploration physique des biotopes (utilisation de sons et lumières, présentations tactiles…), il s’agit d’induire des émotions qui permettent un transfert de connaissances, une modification des croyances. Ces nouveaux espaces sont ainsi créés pour provoquer des émotions susceptibles de modifier l’interprétation du visiteur. C’est ainsi qu’en utilisant tous nos sens et nos réactions émotionnelles les aquariums prétendent, notamment par identification, initier le visiteur à l’activité d’exploration scientifique (1).

La Villa Bric-à-Brac et l'Aquarium

La Villa Bric-à-Brac cache l'Aquarium

Nous avons donc envoyé une de nos équipes du CPDAC en Bretagne, qui compte dix aquariums publics, faire un reportage sur le plus ancien, celui de Dinard. Il appartient à la première génération. Il a été ouvert au public en 1935, ce qui rend difficile de considérer le nôtre, celui d’Arcachon, comme étant de la même génération. Nous proposons donc de le classer dorénavant dans la catégorie dites des aquariums archaïques. L’aquarium archaïque qui, à n’en pas douter, appartient à l’aristocratie de l’aquarium…

En septembre 1934, la ville de Dinard, à l’instigation du grand explorateur Jean Charcot, cède au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris des propriétés, dites « Sorrente » et « Bric-à-brac », pour permettre à celui-ci d’y créer un centre de recherche, un musée de la mer et un aquarium.
Le musée de la mer et l’aquarium se-ront construits par l’architecte Yves Hémar et inaugurés le 29 juin 1935. Ils sont littéralement « collés » à la villa « Bric-à-brac » qui a été sauvegardée.

Façade de l'Aquarium dominant la mer

Façade de l'Aquarium dominant la mer

Cette villa avait été construite en 1860 par Lyona Faber et avait été « castellisée » en 1875 par Robert Hamilton. Elle garde encore aujourd’hui son intérieur anglo-saxon très particulier avec un escalier à développement complexe, une salle de réception couverte d’une charpente apparente lambrissée et des cheminées décorées de carreaux de céramique illustrant des scènes bibliques…

Sur le toit de l'aquarium, l'Eden retrouvé

Sur le toit de l'aquarium, l'Eden retrouvé

Rendons maintenant visite à l’aquarium.
Nous arrivons au 17, de l’avenue George V, directement sur le toit terrasse de l’Aquarium d’où la vue embrasse toute la baie. Nous y sommes accueillis, non pas par une sirène, mais par une magnifique Ève qui trône en son centre dans une composition intitulée L’éden retrouvé.
Cette oeuvre avait été commandée par l’Etat, en 1875, au sculpteur Gaston Guitton, pour faire pendant au Charmeur de serpents de Charles-Arthur Bourgeois qui recevait les visiteurs à l’entrée du jardin des reptiles du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris. Installé à Dinard, sur le toit terrasse de l’Aquarium qui domine la baie, à la demande du professeur Gruvel, ce nu « indécent et immoral » allait longtemps choquer la pudibonderie des Dinardais, poussant même un vandale à le desceller en juillet 1952.

Jeunes filles de bronze

Jeunes filles de bronze

Depuis lors, cette Ève a fait des émules que l’on croise quand on se promène dans cette ville. Par exemple, ces deux très jolies jeunes-filles, tout aussi dénudées, qui non loin de là, dans une propriété pri-vée, ont préféré l’albatros au serpent.

On regrettera seulement que les si jolies femmes de Dinard, peut-être à cause de la latitude élevée à laquelle se situe cette ville, soient si souvent de bronze.

A gauche de cette terrasse, s’ouvre la descente vers l’aquarium qui aujourd’hui prend des airs de descente aux enfers. Une pancarte décrépie en prévient le visiteur :

Muséum National d’Histoire Naturelle
Station marine de Dinard
L’Aquarium – Musée de la mer de la Station marine du Muséum national d’Histoire naturelle à Dinard est actuellement fermé au public.
Un projet de rénovation de l’aquarium public réalisé en 1935 par l’architecte Yves Hémard (sic), et de restructuration des espaces d’exposition, est à l’étude.
Nous vous remercions de votre compréhension.

Panneau confirmant la fermeture de l'aquarium

Panneau confirmant la fermeture de l'aquarium

Tout en bas, comme un post_scriptum, est ajouté en tout petit pour que personne ne puisse le lire :

Rénovation.
Un projet de modernisation du Muséum national d’Histoire naturelle est en cours. Des travaux de rénovation sont planifiés sur une durée de 10 ans. Ils concernent l’ensemble du patrimoine : les Laboratoires, les Galeries, les Jardins et les Parcs zoologiques.

Dans tout le bric-à-brac dont il a la charge, le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris semble avoir oublié les Aquariums…

Nous nous engageons dans la descente et nous rencontrons la porte désespérément close de l’Aquarium. Depuis sa fermeture, d’abord l’avant-dernière rangée du vantail gauche a perdu son poisson central, puis ensuite cela a été autour de la dernière rangée de celui de droite d’en égarer également un, comme pour symboliser le recul redouté de la ressource piscicole locale.

Porte principale de l'aquarium

Porte principale de l'aquarium

Caisse de l'Aquarium

Caisse de l'Aquarium

En regardant à travers ces espaces libérés, on aperçoit la caisse du guichetier, restée en l’état, et devenue inutile dans l’attente de visiteurs improbables. Dans l’entrebâillement, à gauche, on devine l’aménagement intérieur tout en bois vernis. Un article datant de 1994 nous précise :

“En 1923, sur les conseils de Jean Charcot, le Laboratoire maritime vient s’installer dans les locaux de la Marine nationale à Saint-Servan, à l’embouchure de la Rance. Il est ensuite transféré à Dinard en 1935, dans un bâtiment plein de charme accroché à la falaise, perdu dans la végétation.

“Ouvert de mai à septembre, l’Aquarium de Dinard reçoit 12 000 visiteurs chaque année. Comparé aux structures comme Océanopolis à Brest ou l’Océarium au Croisic, il paraît bien petit : 25 bassins, une centaine d’espèces exposées, toutes issues de la région. Ni poisson-clown, ni corail, mais un charme désuet soigneusement entretenu par de somptueuses boiseries marines. Le visiteur peut se croire l’hôte du capitaine Nemo, dans le sous-marin imaginé par Jules Verne, observant à travers les hublots les Saint-Pierre et les roussettes de la côte d’Emeraude. A la suite de l’Aquarium, une exposition retrace l’épopée du commandant Charcot, père de l’océanographie moderne et célèbre explorateur polaire.”

http://www.espace-sciences.org/science/10065-sciences-ouest/20107-Annee-1994/10224-102/10826-dossier-du-mois/16429-le-tourisme-scientifique/16434-le-museum-national-d-histoire/index.html

Vue intérieure de l'Aquarium

Vue intérieure de l'Aquarium

Vue intérieure des salles d'exposition

Vue intérieure des salles d'exposition

En poursuivant notre descente, nous découvrons, agrafées sur le mur extérieur, deux plaques de marbres blanc qui s’offrent à l’attention des promeneurs fréquentant la promenade du Clair de Lune, plaquée à la falaise. La première leur explique :

Une des deux plaques de marbre

Une des deux plaques de marbre

L’Aquarium
Le Musée de la Mer
ont été inaugurés le 29 juin 1935 en présence de MM. L. Kester, Maire de Dinard, J. Cavalier, Directeur de l’Enseignement Supérieur, P. Lemoine, Directeur du Muséum ; A. Gruvel, Professeur au Muséum, Directeur du Laboratoire, Yves Hémar, architecte.

Et la seconde propose une liste de membres bienfaiteurs, si étriquée qu’il reste de la place pour trois fois plus de noms :

Sir Robert Mond, Lady Sassoon, Professeur René Chevrel, Paul Crolard, Lars Christensen.

Au droit exact de l’aquarium, dans la mer, a été édifiée cette espèce de piscine à l’utilisation inconnue mais qui rappelle qu’un aquarium d’étude se doit d’être placé tout au bord de la mer. La

La piscine technique au pied de l'Aquarium

La piscine technique au pied de l'Aquarium

dite piscine permet à l’évidence de disposer d’eau de mer à quelque moment que ce soit de la marée, tout en tenant compte du marnage qui est ici très important puisqu’il peut atteindre jusqu’à 13 mètres par gros coefficient.

Depuis pas très longtemps, aux dires d’un autochtone intrigué par notre manège, l’ensemble des issues de l’Aquarium-Musée de la Mer ont été couvertes d’inscriptions comminatoires destinées à effaroucher d’éventuels squatters. Aujourd’hui les alarmes, la vidéo et la télésurveillance remplacent dans les bacs, les poissons, les mollusques, les crustacés et autres espèces maritimes…

La nouvelle signalisation d'un Aquarium convoité

La nouvelle signalisation d'un Aquarium convoité

Nous avons demandé à notre correspondante sur place de se rapprocher de la Mairie pour tenter d’obtenir des précisions quant à l’avenir de ce malheureux Aquarium-Musée de la Mer de Dinard.
Nous ne manquerons pas, une fois encore, de vous tenir au courant des résultats obtenus.
Le fait qu’il ait été imaginé par Jean Charcot, sauvera-t-il ce bâtiment plein de charme ? Au charme désuet soigneusement entretenu ?
Son sauvetage nous conforterait dans notre propre combat.
Sa disparition rendrait plus précieux encore notre Musée-Aquarium d’Arcachon.

1) Annelise Heitz, Yves Girault, L’accueil du public scolaire dans les aquariums, in Rapport de recherche CNCRE, Prise en compte des intérêts des élèves dans le cadre de l’appropriation des savoirs scientifiques dans les espaces museaux, 2001, p. 100.

2 commentaires

  1. bonjour, je viens de lire rapidement votre article. Il serait bien d’ouvrir à nouveau ce lieu plein de charme au public. Si vous avez des nouvelles publiez les !
    Christian, dinardais.

  2. Bonjour,
    Le lieu va être définitivement réhabilité.
    Suite au rachat cette année par un particulier, un projet de résidence hôtelière va voir le jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.