Le Musée-Aquarium dans l’Arcachon-guide (1889)

Posté par admin le 11 02 2010
Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

      Imprimer cet article Imprimer cet article

L’Arcachon-guide est un guide touristique à la couverture luxueuse abritant plus de cent-cinquante pages. Illustré de nombreuses gravures, il ne comporte aucun nom d’auteur mais possède, encarté dans le troisième de couverture, un intéressant plan général d’Arcachon dressé par Marcel Ormières et qui signale l’existence du Musée-Aquarium, au débouché du seul débarcadère de l’époque.

Il propose une liste officielle des propriétaires, négociants et industriels d’Arcachon et se termine par quelques réclames.

Aucune bibliothèque française, pas même la Bibliothèque Nationale, ne semble en posséder un exemplaire. Et bien qu’il ne soit pas daté, nous pensons pouvoir dire, sans crainte de nous tromper, qu’il a été publié en 1889.

Dès les premières pages, il énumère les éléments remarquables de la ville, à ne pas manquer :

« Au point de vue architectonique, nous indiquerons à visiter le château Deganne, le Casino, le Grand Hôtel, les églises Notre-Dame et Saint-Ferdinand, le Temple protestant, l’Église anglicane, la Synagogue, le Collège Saint-Elme, l’Aquarium, le Belvédère, la Passerelle Saint-Paul, le buste Brémontier, le Débarcadère, la Mairie, le Marché, la place Thiers, le Parc Deganne, le Réservoir des eaux, le Sanatorium, et quantités de villas qui sont des bijoux. »

Il n’oublie donc pas notre aquarium, qui fait déjà partie intégrante de l’attrait de la ville, dont il présente une illustration trois pages plus loin, et qu’il classe en dixième position sur une vingtaine de monuments ou de sites, sans compter bien sûr les villas les plus élégantes.

Musée-Aquarium

Musée-Aquarium

SOCIÉTÉ SCIENTIFIQUE D’ARCACHON

161, boulevard de la Plage, 161

La société Scientifique d’Arcachon, fondée en 1863, a pour but de faciliter l’étude, l’avancement et la vulgarisation des sciences naturelles et des procédés d’aquiculture marine, par l’organisation et l’entretien d’un établissement où se trouvent réunis : un musée d’histoire naturelle, une bibliothèque et des laboratoires destinés aux recherches biologiques. Les membres de la Société, les professeurs et tous les attachés à l’enseignement scientifique dans les Facultés françaises ou autres Écoles de l’État, les élèves des Hautes-Études, munis d’un certificat constatant leur mission à Arcachon, sont admis à jouir gratuitement des laboratoires et de leurs annexes. (Statuts).

En fait, l’établissement est ouvert libéralement à toute personne qui veut y travailler et deux chambres meublées, y sont réservées pour les étudiants.

Le MUSÉE renferme une collection à peu près complète des coquilles marines de la région. Cette collection s’enrichit rapidement ; elle est d’un très grand intérêt pour l’étude des êtres de la mer. Quelques vitrines contiennent des coquillages venus un peu de tous les points du globe. D’autres montrent des oiseaux, des poissons, des cétacés. On remarque surtout des têtes et des squelettes de dauphins et la célèbre tète du Ziphius cavirostris auquel le savant Fischer a consacré une monographie importante. On voit encore des fossiles de la Gironde, en grand nombre, et, particulièrement les échantillons des faluns de Salles et de Léognan ; une collection préhistorique, des marbres et autres minéraux des Pyrénées, etc., etc.

La BIBLIOTHÈQUE, qui s’enrichit rapidement par les dons du Ministre de l’Instruction publique et les dons des auteurs, est déjà précieuse pour les travailleurs, par ses grands ouvrages modernes et ses publications périodiques touchant l’histoire naturelle.

L’AQUARIUM, long de 30 mètres, divisé en 22 bacs est l’un des plus beaux de France. C’est un grand attrait pour les visiteurs, mais c’est aussi un champ d’étude très important pour les savants.

La PÊCHE, pour alimenter les bacs et les laboratoires, est faite dans le bassin d’Arcachon, par le bateau de la Société, don de l’Association française pour l’avancement des sciences ; et, en pleine mer, par les bateaux à vapeur de la maison Johnston, mis généreusement à la disposition de la Société Scientifique.

Le LABORATOIRE MARIN, illustré par des savants de premier ordre, tels que Paul Bert, M. de Quatrefages, Dogiel (de Cazan) sont actuellement bien outillés et pourvus d’une distribution d’eau douce, d’eau salée et de gaz. Des savants français et étrangers y viennent, chaque année, étudier la faune spéciale de la région qui est intermédiaire aux faunes océanique et méditerranéenne.

Cet établissement important est une œuvre d’initiative privée aidée puissamment par les subventions de la Commune, du Département et de l’État. Les membres de la Société ne sont pas seulement des savants, mais aussi et surtout des personnes désireuses de contribuer au progrès des sciences et au bien d’Arcachon. La cotisation annuelle est de 25 fr. Il suffit, pour être admis, d’adresser une demande au Président et d’être agréé par le Conseil d’administration.

Les habitants d’Arcachon, les marins, les élèves des collèges ou écoles sont admis à visiter gratuitement le Musée et l’Aquarium. Les autres personnes paient 50 centimes.

CONSEIL D’ADMINISTRATION EN 1888

M. Le Maire d’Arcachon, Président d’honneur.

MM. HAMEAU, docteur-médecin, à Arcachon, Président.

BOUCHARD, professeur à la Faculté de médecine de Bordeaux, Vice-Président.

ROUGIER, docteur-médecin, à Arcachon, V.-Président

SÉMIAC, pharmacien, à Arcachon, Secrétaire.

ARDOUIN, conducteur principal des Ponts-et-chaussées, Trésorier.

JOLYET, prof. à la Faculté de médecine de Bordeaux, Administrateur

BLAREZ, prof. à la Faculté de médecine de Bordeaux, Administrateur

LALESQUE, docteur-médecin à Arcachon, Administrateur

BRANNENS, négoc. à Arcachon, Administrateur

Emile DURÉGNE, ingénieur des Postes et Télégraphes, Directeur de la station zoologique.

FILLIOUX, à La Teste, Conservateur honoraire.

Étiquettes :
11Fév

Laisser un commentaire