Le pire est toujours sûr en matière de protection du patrimoine à Arcachon

Posté par admin le 23 07 2014

Article de Sud Ouest du 22 juillet 2007

Le commissaire-enquêteur vient de rendre quatre avis favorables sans réserve pour l’implantation du Pôle océanographique aquitain au Petit Port d’Arcachon.

Une vue du projet présentée dans l’enquête

Une vue du projet présentée dans l’enquête

Désormais tous les feux sont au vert pour l’implantation du Pôle océanographique aquitain (POA) au Petit Port d’Arcachon : à la suite des quatre enquêtes publiques ouvertes pour ce projet, le commissaire enquêteur Claude Armand a rendu quatre avis favorables, sans aucune réserve, mais avec quatre recommandations ayant trait au stationnement, au calendrier des travaux et au plan de circulation. Soit rien qui ne puisse, ni entraver ni retarder le projet de l’université.

Le POA devrait accueillir les chercheurs et le personnel universitaire de la station marine d’Arcachon, actuellement logée dans l’îlot Peyneau, un espace de médiation scientifique regroupant à la fois des salles de conférences, les collections, puis l’aquarium de la société scientifique d’Arcachon. Le but est « de faire du POA un pôle de recherche de classe internationale », dixit Dean Lewis, vice-président du conseil d’administration de l’université de Bordeaux.

• Une grande participation

Quatre enquêtes ont été diligentées du 12 mai au 13 juin dernier. La première avait trait aux « installations classées pour la protection de l’environnement en raison de la présence d’un aquarium de plus de 10 000 mètres cubes d’eau » dans le projet. La deuxième, sur le permis de construire, est obligatoire puisque le POA dépasse 10 000 mètres carrés de surface plancher (11 200 mètres carrés de surface en fait). La troisième consistait en une mise en compatibilité du projet avec le plan local d’urbanisme de la ville d’Arcachon. Enfin, la quatrième enquête publique traitait du changement d’utilisation du Domaine public maritime (DPM), une procédure prévue par le code général des propriétés des personnes publiques. Le site du Petit Port, où l’université veut implanter son POA, appartient en effet au DPM.

Le commissaire enquêteur a reçu lors de ses permanences 61 personnes. Autre indice de l’intérêt du public, 787 internautes se sont rendus au moins une fois sur les pages dédiées à ce projet sur le site Internet de l’université. Claude Armand a recueilli au total 199 observations, signées par 293 personnes identifiées. Il comptabilise 122 observations favorables au projet (61 %), déposées par 202 personnes signataires et 77 observations défavorables au projet (39 %), déposées par 91 personnes. Soit une nette majorité pour le projet.

Quant aux 30 000 signatures recueillies sur Internet par l’élue divers droite Anny bey dans une pétition contre le projet, « on peut légitimement douter du niveau d’information sur le projet POA des internautes, notamment éloignés d’Arcachon, qui ont souscrit à la pétition et exprimé des commentaires », dixit Claude Armand.

• Quatre avis favorables

Les quatre avis du commissaire enquêteur à ces quatre enquêtes sont donc favorables sans la moindre réserve. Pour les enquêtes intitulées « Déclaration de projet portant sur l’intérêt général du projet de POA et la mise en compatibilité du Plan Local d’Urbanisme » et « Demande de changement substantiel d’utilisation de zones du domaine public maritime », les deux avis sont sans réserves ni recommandations. Les quatre recommandations ne visent que les deux autres enquêtes.

Pour les responsables de l’université, c’est évidemment une grande satisfaction. « Nous avons mené depuis quelques années une démarche de concertation, rappelle Antoine Grémare, directeur du laboratoire Epoc et chef de projet pour le POA. Et cette concertation a mené à des évolutions significatives du projet. Par exemple, la création du belvédère sur le POA, soit une nouvelle vue ouverte à tous sur le Bassin. Ou encore la réduction de l’emprise du bâtiment à l’horizontale et la création de deux fenêtres de 30 et 35 mètres de large sur le bassin deux côtés du POA. »

Et ces avis favorables ne sont qu’une étape, ils vont évidemment faire gagner du temps à l’université : « Des avis négatifs auraient fortement pénalisé le projet. »

• Les quatre recommandations

Si les avis sont favorables et qu’il n’y a aucune réserve, le commissaire a tout de même consigné quatre recommandations dans son rapport. Deux concernant le stationnement. Le commissaire enquêteur demande à ce qu’une solution temporaire soit trouvée pour remplacer les places de parking actuellement existantes qui seront détruites pendant les travaux. Sur le même sujet, il recommande de construire simultanément le parking souterrain place des Marins, comme l’a promis la ville et le POA.

La troisième recommandation a trait au calendrier des travaux. Arcachon étant une station balnéaire et l’été un moment de grande fréquentation touristique, le commissaire enquêteur émet le souhait que les travaux du POA, qui doivent globalement durer deux ans, n’impactent qu’un seul été. En clair, le chantier devrait démarrer en septembre 2015 au plus tôt, et s’achever en juin 2017. Mais c’est là un calendrier forcément idéal.

La quatrième recommandation vise la circulation autour du POA : que l’université soit « force de proposition dans une étude plus globale de l’organisation du trafic dans le quartier de l’Aiguillon, par les collectivités territoriales en charge de ces missions, pour rassurer la population qui supporte difficilement tout impact supplémentaire sur une circulation automobile qui est perçue comme déjà saturée ». Rien d’irrémédiable donc…

23Juil

Laisser un commentaire