L’aquarium de Dinard victime des pilleurs d’épaves.

Posté par admin le 20 08 2015
Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

L’aquarium de Dinard a été transformé en établissement hôtelier qui se veut de luxe.

Sur le toit terrasse qui a échappé à la confiscation et qui reste ouvert au public, pour combien de temps ? un panonceau précise :   » Fermé au public depuis 1992  l’aquarium (et ses dépendances) ressemblait en 2010 à un vieux paquebot échoué sur le rivage du plus beau site marin d’Europe ; et le navire prenait l’eau. « 

Castel01-1000

Et ce qui était à craindre est arrivé, le vieux paquebot qui prenait l’eau est tombé aux mains des pilleurs d’épaves.
Qui paraissent fiers d’avoir transformé un temple consacré à la science en taverne pour touristes friqués.
Et qui se vantent de donner à manger à leurs clients les poissons d’un aquarium qui aurait dû être classé monument historique pour avoir été le reflet de l’intelligence française.
Pardonnons-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font.

Cela permet à tout un chacun de mesurer l’inéluctable déclin dans lequel s’enfonce jour après jour notre malheureux pays.

A voir comment ont été creusés des parkings sous la voie publique dans le respect des normes imposées pour l’ouverture d’un nouvel hôtel, il aura fallu que la Mairie de Dinard soit complice de cette bien mauvaise action.

Castel03Les deux plaques de marbre qui flanquaient de chaque côté la porte donnant sur la promenade du Clair de Lune, l’une qui rappelait l’inauguration de cet aquarium et l’autre le nom des membres bienfaiteurs qui avaient aidé à son édification, n’ont pas résisté au vandalisme.
Elles ont été remplacées par deux panneaux publicitaires qui dégradent lamentablement l’endroit.
Quand on ne respecte ni l’histoire ni la mémoire des gens, on ne va pas s’embarrasser de respecter l’environnement.
Et on ne demande pas aux autres de le faire, comme il est écrit avec culot sur le panonceau du toit-terrasse.

Castel02De plus, ils ont donné à la gargote de leur taverne le nom du « Pourquoi pas », pour que Jean-Baptiste Charcot se retourne bien dans sa tombe.
Il lui avait été fait des funérailles nationales comme, par exemple, à Victor Hugo.
Et si « l’équipe de l’hôtel Castelbrac » au lieu de saccager l’aquarium que nous avait laissé ce grand explorateur s’était attaqué à une maison du grand poète, elle aurait pu baptiser son estaminet : « Les Misérables ».
Et l’on aurait su comme cela à qui l’on avait à faire.

L’aquarium de Dinard, un aquarium que nous n’avons pas pu sauver.
Mauvais présage…

20Août

Laisser un commentaire