Professeur Jolyet – Biographie

Posté par admin le 24 06 2017
Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

    Imprimer cet article Imprimer cet article

JOLYET (Félix), né à Pierre (Saône-et-loire), le 4 janvier 1841.

Docteur en médecine de la Faculté de Paris en 1866 ; préparateur de physiologie comparée au Muséum d’histoire naturelle de Paris en 1867 ; préparateur de la chaire de physio­logie générale de la Sorbonne de 1868 à 1877 ; directeur-adjoint du laboratoire de physiologie expérimentale de l’École pratique des hautes-études (Faculté des sciences de Paris), en 1877 ; chargé du cours de physique à la Faculté mixte de médecine et de phar­macie de Bordeaux en 1878 ; professeur de médecine expérimentale en 1880 ; professeur de physiologie à cette même Faculté en 1890 ; lauréat de la Faculté de médecine de Paris en 1866 ; de l’Institut, prix Montyon de physiologie expérimentale, en 1885 ; de l’Académie de médecine.

Membre de la Société de biologie depuis 1869, de la Société philomathique depuis 1878, correspondant de l’Académie de médecine, chirurgien en chef de la IXe ambulance de la Société de secours aux blessés militaires pendant la guerre franco-allemande de 1870-1871.

Parmi ses nombreux et intéressants travaux, nous citerons ses principaux :

— Essai sur la détermination des nerfs qui président aux mouvements de l’œsophage (Thèse de doctorat en médecine, Paris, 1866) ;

— Expériences relatives aux fonctions gustatives du nerf lingual (en collaboration avec M. J.-L. Prévost, de Genève, Société de biologie, 1869) ;

— Recherches sur l’action physiologique de l’acide phénique (en collaboration avec Paul Bert. Mémoires de la Société de biologie) ;

— Sur le rôle physiologique de la gaine fibro-musculaire de l’orbite (en collaboration avec M. Prévost, de Genève. Compte-rendu, Académie des sciences, 1867) ;

— Sur l’action physiologique de la méthylanifne, de l’éthylaniline, de l’anylaniline, comparée à celle de l’aniline (en collaboration avec Cahours. Ibid., 1868) ;

— Recherches relatives à l’action physio­logique des iodures de mithylstrychnium et d’éthylstrychnium (en collaboration avec A. Cahours. Ibid., 1868) ;

— Sur l’action de la cicutine (Compte-rendu de la Societé de biologie, 1869) ;

— Recherches sur l’action physiologique des sulfates de soude, de potasse et de magnésie, en injection dans le sang (en colla­boration avec A. Cahours. Archives de physiologie, 186g) ;

— Recherches sur l’action physiologique des stannéthyles et des slanméthyles (en collaboration avec A. Cahours. Compte-rendu, Académie des sciences, 1869) ;

— Contribution à l’étude de la physiologie comparée du sang des vertébrés ovipares (Société de biologie, 1874) ;

— De la pression du sang dans le système artériel chez les batraciens, les reptiles et les oiseaux (en collaboration avec M. Légerot. Compte-rendu, Société de biologie, 1872 ; travaux du laboratoire de médecine expérimentale, Bordeaux, 1880) ;

— Nou­velles recherches sur le protoxyde d’azote (en collaboration avec M. T. Blanche. Archives de physiologie, 1873) ;

— De l’acte de ronger chez les rats (en collaboration avec M. Chakir. de Constantinople. Société de biologie, 1875) ;

— Des modifications apportées dans les produits de la respiration sous l’influence des conditions pathologiques et expérimentales déterminées (en collaboration avec M. Regnard. Compte-rendu, Académie des sciences, 1876) ;

— Recherches sur la respiration des animaux aquatiques (en collabo­ration avec M. P. Regnard. Archives de physiologie, 1877) ;

– Sur l’action exercée par le sulfate de magnésium sur le cœur de la grenouille (en collaboration avec M. H. Laffont ; travaux du labo­ratoire de médecine expérimentale de Bordeaux, 1881 ;

— Recher­ches sur la torpille électrique (Annales des Sciences naturelles de Bordeaux et du Sud-Ouest, i883) ;

— Recherches sur la respiration des cétacés (Archives de physiologie, 1893) ;

— Recherches physio­logiques sur le système nerveux accélérateur et modérateur du cœur chez le crabe (en collaboration avec M. H. Viallanes. Compte ­rendu, Académie des sciences et Annales des Sciences naturelles, 1892 ;

— Appareil pour l’étude de la respiration de l’homme (en collaboration avec MM. Bergonié et Sigalas. Compte-rendu, Académie des sciences, 1887) ;

— Échanges galeux pulmonaires dans la respiration de l’homme, variations de l’azote (en collabora­tion avec MM. Bergonié et Sigalas. Ibid., 1887) ;

— Sur l’action physiologique de l’hydrogène arsénié (en collaboration avec M. de Nabias. Ibid., 1890) ;

— Sur l’azote du sang (en collaboration avec M. Sigalas. Ibid., 1892) ;

— Recherches sur les nerfs vaso-dilateurs contenus dans les divers rameaux de la Ve paire (en colla­boration avec M. Laffont. Ibid., 1879) ;

— Sur un hématozoaire du lapin domestique (en collaboration avec M. de Nabias. Travaux du laboratoire de médecine expérimentale, 1891) ;

— Sur l’action physiologique de l’hydrogène antimonié (Id., 1891) ;

— Contri­bution à l’étude de la méthémoglobine (Id., 1891) ;

— De l’hyper­thermie expérimentale et de son influence sur le développement du charbon chez les mammifères (Id., 1891) ;

— Formation de l’urée par la décharge électrique de la torpille (en collaboration avec M. N. Gréhant).

Il a publié, en collaboration avec M. le professeur F. Viault, un Traité de physiologie humaine, qui en est à sa 5e édition.

Comme directeur de la station biologique d’Arcachon, M. le professeur Jolyet a fondé, avec le docteur F. Lalesque, une Revue de travaux scientifiques de cette station, qui paraît annuellement depuis 1895.

M. le professeur Jolyet est officier de l’Instruction publique depuis 1888 et chevalier de la Légion d’honneur depuis 1898.

(Extrait du Livre d’or de la Gironde, R. Wagner, éditeur, Paris 191 4)

Le Professeur Jolyet est décédé à Arcachon le 4 novembre 1922. Il est inhumé au cimetière de la ville, carré 25.

Sa sépulture est en très mauvais état

24Juin

Laisser un commentaire