La villa Isly au Petit Port d’Arcachon

Posté par admin le 18 08 2017
Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

      Imprimer cet article Imprimer cet article

Grace à Google nous pouvons voir l’emplacement destiné à recevoir le futur Pôle Océanographique Aquitain au Petit Port d’Arcachon. À l’extrémité de la flèche rouge, on devine un joyau du patrimoine ancien arcachonnais.

Cliquez sur l’image pour explorer le quartier du Petit Port avec Google Maps

Il s’agit de la villa Isly, sise au 56 boulevard de la Plage

C’est certainement la plus vieille villa de la ville.

« Le 27 juillet 1844, le négociant testerin Jean-Baptiste Dejean acquiert de Jean Pontac une vaste parcelle sur la bordure sud du chemin (bientôt chaussée d’Eyrac) qui, à cet endroit-là, longe le bassin d’Arcachon. Dans les mois qui suivent (1845 ? 1846 ?, en tout état de cause avant 1849), il y fait édifier, deux villas : Isly et, à l’arrière, Isly-Dune.

Exception faite du père et du fils Dejean, la chronique locale n’a guère retenu les noms des propriétaires successifs d’Isly.  En mai 1893, Alfred Dejean décède ; lui survivent sa veuve  – Marguerite Laluque – et leurs deux filles – Charlotte et Marguerite. Le partage des biens entre les deux héritières a lieu par tirage au sort le 5 juillet 1896 : « la propriété dite d’Isly » est ainsi attribuée à Charlotte Marguerite Rose, épouse du négociant Jean dit Albert Thoumazeau. La presse arcachonnaise permet toutefois de découvrir qu’à cette époque Isly, en front de mer, est devenue une villa de location, accueillant tour à tour des rentières de Toulouse, un propriétaire de Nérac, etc., tandis qu’Isly-Dune (propriété de Marguerite, épouse Dejames ?) héberge des familles modestes du quartier – elle est le théâtre d’un drame le 7 janvier 1934 puisque toute une famille – les parents et deux enfants y sont découverts morts au petit matin.

Ne subsiste aujourd’hui, réhabilitée en 2009 par les soins de l’architecte Philippe Cordier, que la villa Isly, entrée dans le patrimoine de sa famille le 11 juillet 1910, lorsque Charlotte Thoumazeau vend « la maison appelée Isly » et ses dépendances (cuisines, chambre de domestique, chais, écurie et remise) à Jacques Amédée Vignau, représentant de commerce bordelais.

Inspirée du style colonial caractéristique des Antilles ou de la Louisiane, la villa comporte une partie centrale, doublée en façade par une galerie entièrement ouverte. Le corps médian est flanqué de deux pavillons de forme octogonale, aux larges baies vitrées donnant sur le jardin et, par delà le boulevard, sur la petite rade d’Eyrac.

A l’origine, Isly n’était composée que d’un rez-de-chaussée. Lors de la réhabilitation, la partie centrale a fait l’objet d’une surélévation du toit. » (Dans les années 1970-1980)

(M. Boyé et M.C. Rouxel : Villas d’Arcachon Un siècle d’histoire, Geste-Editions, 2014).

Photo CV

Actuellement, voici la vue sur le Petit Port depuis la villa Isly

Et voici l’horreur qui pourrait être construite bientôt devant cette villa… et les autres !

La simulation du futur pôle océanographique présenté par l’Université Université de Bordeaux/SudOuest

Catégories: Situation actuelle.
Étiquettes : ,
18Août

4 commentaires pour “La villa Isly au Petit Port d’Arcachon”

  1. Lengelé dit :

    Pourquoi cette Horreur..Pourquoi « Boucher » et dénaturer une si Belle Vue.!!!??
    Regrets de Notre Belle petite Ville Typique..!
    CONTRE Cette Horreur.!!!

  2. Queyroi dit :

    Bonjour, Lorsque je suis à Arcachon je regarde toujours cette superbe villa. Je suis contre le POA (l’horreur) et je soutiens toute initiative pour lutter contre cette FANTAISIE IGNOBLE.

  3. […] Déjà beaucoup de monde. Une vraie réussite cette piste en bois entre le port et Eyrac. Bientôt un énorme mur supplémentaire en front de petit port pour héberger la Science et le musée Aquariu…, et à la place du vénérable bâtiment du musée (fondé par la société scientifique sous la […]

  4. Pierre CDROM dit :

    Ah bon ? Qui a acheté le terrain du Port d’Arcachon pour construire un mur ? Emmanuelle ? Elle ne peut plus payer, elle est au chômage …

Laisser un commentaire