Le printemps arcachonnais

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

    Imprimer cet article Imprimer cet article

Les élections municipales vont avoir lieu le 15 et 22 Mars prochains.
À La Teste de Buch, Jean-Jacques Eroles sollicite un troisième mandat de maire ;
À Gujan-Mestras, Marie-Hélène des Esgaulx, fait de même ;
À Arcachon, Yves Foulon postule pour un quatrième mandat ;
Et au Teich, François Deluga gagne le pompon en se présentant pour un sixième mandat.
À croire que ces petits caciques locaux n’ont qu’un seul modèle : Abdelaziz Bouteflika !
Si bien que comme il y a eu un printemps arabe, il faut absolument qu’il y ait un printemps arcachonnais.
Le pays fait des efforts méritoires pour s’arracher de l’ancien monde qui l’entraînait inéluctablement dans le déclin.
Et pour cela il était projeté de limiter par la loi le nombre des mandats identiques successifs exercés par un élu.
Cette limitation est restée à l’état de projet et nos ganaches politicardes locales entendent bien en profiter pour se maintenir jusqu’à plus soif.
Au Teich, le maire a fait valoir ses droits à une retraite professionnelle méritée mais ne comprend pas pourquoi il se priverait des juteuses indemnités de maire.
Bouteflika voulait un cinquième mandat, Boutéluga veut encore mieux, il en veut un sixième !
C’est exactement la même chose à Gujan-Mestras avec Boutéfliquette qui fréquente la mairie depuis près de 40 ans.
Il faut sur le Bassin d’Arcachon, un grand coup de balai.
Quand Yves Foulon voulait détruire le Musée-Aquarium d’Arcachon pour saccager le littoral du Bassin en le bordant de 33 000 mètres carrés de béton, aucun des autres maires du Bassin ne s’est senti solidaire de la défense de celui-ci.
Aucun n’a été solidaire de la défense de notre environnement, nous qui y sommes si attachés.
S’ils n’étaient pas solidaires de sa défense, c’est donc qu’ils étaient complices de ces attaques.
Aujourd’hui, ils doivent s’en aller !
Il faut que nous autres du Bassin ne vivions plus dans la menace perpétuelle de ces agressions à notre patrimoine commun.
Au Collectif Populaire de Défense des Aquaria Convoités (CPDAC) nous avons dit : « Stop au béton ! »
Nous nous sommes battus bec et ongles pendant plus de dix ans pour faire respecter notre patrimoine.
Et nous avons dû le faire contre l’actuel maire d’Arcachon.
Celui-là même qui se prétendait l’ennemi du béton et le protecteur de notre patrimoine.
Quelle hypocrisie !
Quel mensonge !
Et contre lequel nous avons réussi à gagner pour avoir sauvé notre historique Musée-Aquarium scandaleusement menacé.
Nous revendiquons aucun mérite à cela, nous avions l’arme absolue avec nous : le bon sens.
Quand notre adversaire défendait des intérêts très mal définis.
Aussi nous considérons-nous comme légitimes aujourd’hui pour vous encourager à ne pas voter pour lui.
À Arcachon, un quatrième mandat comme le précédent, c’est bonjour les dégâts !
Pendant celui-ci, d’aucuns ont voulu investir jusqu’à plus de 200 millions d’€uros dans la ville, qui pour y construire un Pôle Océanographique Aquitain, qui pour y édifier un hôtel 5 étoiles, qui pour y bâtir des immeubles et des commerces.
Le maire, en leur conseillant ou en leur imposant des emplacements invraisemblables et pénalisants pour notre environnement, a tout fait lamentablement capoter.
Adieu, veau, vache, cochon, couvée.
Et par-dessus le marché, nous avons même perdu la propriété de la Maison Universelle.
Plus de deux millions d’€uros volés au peuple !
C’est honteux !!!
Le maire d’Arcachon se revendique avocat.
Pendant son dernier mandat il a engagé pour son compte personnel ou pour la ville des tas de procédures judiciaires. Et quand c’est pour son compte personnel, il n’hésite pas à faire prendre en charge les honoraires de ses avocats par les contribuables arcachonnais.
C’est misérable !!!
Il ne se défend pas lui-même et en cela il a raison.
Parce qu’il a perdu l’essentiel des procédures qu’il avait engagées.
Avoir pour maire un avocat peut être un plus pour une commune.
Mais un mauvais avocat, peut-il faire un bon maire ?
Au slogan du candidat, « Les grands chantiers sont terminés », il faut lui opposer « Les gros loupés, ça suffit !!! ».
Pour notre région Sud-Bassin, le changement n’est plus une aspiration, c’est devenu une nécessité !
Notre région doit enfin entrer de plain-pied dans le 21e siècle et ce n’est pas ces vieux chevaux de retour qui vont lui permettre de le faire.
Ces quatre maires sortants qui veulent perdurer n’ont en vérité qu’un seul objectif : pantoufler.
Pantoufler dans leur mairie, pantoufler à la Cobas, pantoufler au Siba, pantoufler au Sybarval, pantoufler partout où la soupe est bonne.
En se partageant équitablement les postes.
Et surtout les indemnités qui vont avec.
Ils n’ont aucune fantaisie, aucune perspective, aucune idée neuve.
Leur programme commun : l’ennui.
L’ennui cause du déclin.
Nous devons, tous ensemble, absolument nous en séparer.

                                                                                                          Le CPDAC.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.