Un casino à la place du Musée-Aquarium d’Arcachon ?

Posté par admin le 11 10 2017

… Avec des machines à sous ? L’idée est intéressante… Certes… Certes… Il faut en discuter.

https://www.casinoonlinefrancais.info/revue-jeu/machines-a-sous/aquarium/

Après avoir lu l’article de David Patsouris dans SudOuest, vous pourrez laisser vos commentaires au-dessous.

Double-cliquez pour agrandir l’image

11Oct

Une enquête publique quelque peu pipeautée…

Posté par admin le 29 07 2014

Dans sa livraison du 23 juillet dernier, le journal Sud-Ouest propose un article sur les réactions aux avis favorables des enquêtes publiques relatives au projet du Pôle Océanographique Aquitain.

Et dans cet article, il fait dire au député-maire d’Arcachon :

« C’est une satisfaction pour l’Etat et l’université qui portent ce projet. Je ne suis pas surpris de ces avis favorables : les populations sont conscientes des enjeux, à savoir la présence de l’université de biologie sur le Bassin, qui contribue à la préservation de notre environnement et la construction d’un nouvel aquarium neuf pour remplacer l’actuel, qui est un peu désuet. »

Nous ne raillerons pas une université de biologie qui entend préserver notre environnement en nous infusant un mur de béton de cent mètres de long sur vingt mètres de haut qui va saccager une partie de notre littoral, mais nous devons remarquer cette nouvelle qualification de notre Musée-Aquarium qui devient seulement « un peu désuet ».

« Un peu désuet », c’est sans doute la nouvelle formulation politiquement correcte pour désigner un monument historique que l’on s’apprête à démolir.

Lire la suite

29Juil

L’ASSA prend position contre les projets de la mairie

Posté par admin le 15 11 2010

L’Association pour la Sauvegarde du Site d’Arcachon (A.S.S.A.) a pris position contre les les projets de la mairie, estimant qu’ils ne sont « pas conformes aux objectifs statutaires » de l’association.

Selon une lettre de son président, Bernard Plan, aux adhérents, le conseil de l’ASSA réuni le 20 Octobre 2010 a adopté à une forte majorité les motions suivantes:

Motion 1 Conformité du projet « Peyneau » aux objectifs de l’ASSA

«  Considérant que le projet Peyneau génère une forte densification immobilière, bien supérieure aux règles retenues à ce jour pour la zone du front de mer, et notamment face au Bassin, le conseil estime qu’il n’est pas conforme aux objectifs statutaires de l’ASSA »

Motion 2 Conformité du projet « Petit port » aux objectifs de l’ASSA

«  Considérant que quel que soit le parti architectural, le projet de pôle de biologie marine génère une forte densification immobilière ainsi que la disparition d’une –fenêtre ouverte- en bordure du bassin, le conseil estime qu’il n’est pas conforme aux objectifs statutaires de l’ASSA »

Motion 3 Ouverture et dialogue

«  L’ASSA comprend l’intérêt potentiel du développement d’un pôle de biologie marine, mais sa mission est d’abord de sauvegarder le site d’Arcachon. Elle est ouverte au dialogue et soutiendra toute modification des projets actuels de nature à les rendre compatibles avec ses objectifs notamment en ce qui concerne les implantations »

Le président de l’ASSA rappelle que la ville « prépare deux révisions simplifiées du plan local d’urbanisme (PLU) » pour construire à l’emplacement de la station marine et de l’Aqurium « un hôtel de standing coté mer (hauteur 20m) et appartements sur commerces en arrière » ainsi qu’un « pôle de biologie marine (labos, bureaux, locaux techniques et salle de conférence), un aquarium » au Petit Port.

Télécharger la lettre de M. Plan aux membres de l’ASSA

Lire la suite

15Nov

Réunions publiques

Posté par admin le 20 10 2010

Nous apprenons que les 16 ou 17 novembre prochain se tiendront à Arcachon des réunions publiques au sujet du futur pôle océanographique.

Deux réunions où l’on va tenter de nous justifier l’injustifiable : la démolition de notre Musée-Aquarium historique.

A ceux qui vont se faire les complices de cette mauvaise action, nous avons envie de leur opposer cette réponse faite par le premier maire de la ville à un administré qui l’avait accusé à tort d’être impliqué dans l’un des premiers saccages dont notre chère ville est si souvent la victime : l’arrachage des chênes qui bordaient, jusqu’en 1852, l’allée de la Chapelle.

« Cette fatale destruction ne fut pas seulement considérée comme un acte de vandalisme ; on la prit, en outre, pour un sacrilège, car elle apparaissait à tous comme une insulte à notre pèlerinage quatre fois séculaire ; et, dans le pays, ceux qui en ont assumé sur eux la responsabilité, sont encore, depuis dix ans, l’objet, je ne dirai pas de la réprobation, mais de l’exécration universelle[i]. »

[i] Alphonse Lamarque de Plaisance, Réponse à la brochure de M. Aldabert Deganne, Imprimerie Générale de Mme Crugy, Bordeaux-1862, p. 57-58.

20Oct