Imprimer cet article Imprimer cet article

Lire la première partie

DEUXIÈME PARTIE : AU SERVICE DE LA SCIENCE
(1882-1914)

L’assemblée générale du 18 décembre 1881 donna l’occasion au docteur Gustave Hameau de penser tout haut que «la Société pouvait entrer dans une voie de prospérité nouvelle» ; en effet « les professeurs agrégés, maîtres de conférences, préparateurs de la [nouvelle] Faculté de Médecine et de Pharmacie [de Bordeaux] demandaient à être admis dans la Société », tout en désirant « en même temps que les statuts (fussent) mis en harmonie avec les besoins d’un personnel actif, pour lequel les laboratoires (étaient) une chose essentielle ». Prévoyant, le conseil d’administration avait fait le nécessaire. Il appartenait désormais aux membres présents de se prononcer sur le projet qui leur était soumis ; c’est ainsi que de nouveaux statuts furent adoptés et que 19 nouveaux membres furent admis, dont 15 œuvraient à l’Université.

Le château Deganne et l’Aquarium

Le renouvellement du conseil d’administration fut remis à une date ultérieure, étant admis qu’il était « indispensable de faire une large place aux professeurs des Facultés de Bordeaux ». Pour Gustave Hameau, il n’était pas question de trop tarder. Le nouveau Conseil fut élu le 15 janvier 1882(1), après lecture d’un vœu « adressé à Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique par la Faculté de Médecine et de Pharmacie, attirant l’attention du ministre sur la Société Scientifique et sur les avantages que retirerait l’enseignement supérieur de l’existence de laboratoires à Arcachon ».

Lire la suite de

Cette image Google Maps nous montre l’îlot Peyneau dans son état actuel.

Cliquez sur l’image pour visiter le quartier avec Google Maps

Cette photo aérienne prise depuis un hélicoptère en octobre 1968 montre le Musée-Aquarium en bois devant le bâtiment moderne au toit plat. Donnant sur le front de mer, la Station biologique.

Le Musée-Aquarium en 1968

Le Musée-Aquarium en 1968

Le Musée Aquarium d’Arcachon
Intérêt architectural.
Sur la parcelle présentement occupée par l’Université de Bordeaux 1, il y a deux éléments bâtis remarquables : le Musée-Aquarium en lui-même, bien sûr, et la façade de la Société Scientifique qui donne sur la mer.
Cette dernière n’entre pourtant pas dans notre préoccupation.
Pourquoi ?
Parce qu’elle est déjà protégée au titre du système dit des Eléments Remarquables du Bâti (ERB).
Lors de la dernière assemblée générale de l’Association pour la Sauvegarde du Site d’Arcachon (A.S.S.A.) qui s’est tenue le 11 juillet 2009, Monsieur le Maire, Yves Foulon, a tenu à rassurer l’assistance en rappelant que « la façade du bâtiment coté Place Peyneau est classée en ERB depuis la révision du PLU en 2007 et l’ASSA y est à l’origine. »
Ce classement doit en toute logique assurer sa préservation.
Dont acte.
Mais il nous faut rester vigilant ne serait-ce parce que le passé prouve que souvent, un PLU, ça va, ça vient…
Cette façade en pierre de taille a été construite au moins en trois fois.
Sa partie droite, quand on la regarde depuis la mer, est la plus ancienne. Elle doit dater de l’après-guerre de 1870. La photo suivante la montre dans son état originel :
.
Elle a été doublée autour des années 1890 selon le plan suivant :
.
Enfin, ses deux ailes ont été rehaussées d’un étage au tout début des années 50, pour obtenir l’état actuel.

Sur la parcelle présentement occupée par l’Université de Bordeaux, il y a deux éléments bâtis remarquables : le Musée-Aquarium en lui-même, bien sûr, et la façade de la Société Scientifique qui donne sur la mer.

Cette dernière ne devrait pourtant pas entrer dans notre préoccupation.

Pourquoi donc ?

Lire la suite de

      Imprimer cet article Imprimer cet article

Jules Verne photographié par Nadar (Wikipédia). Nadar a séjourné à Arcachon

 

 

Je reçois un coup de fil comminatoire d’un des responsables du CPDAC :
– Nos sympathisants s’ennuient.
Propose-leur une communication sur le site, cela fait longtemps tu ne l’as pas fait.
– Mais je leur ai déjà raconté toute l’histoire de ce Musée-Aquarium, qu’est-ce que je vais bien pouvoir leur dire ?
– Parle-leur, par exemple, de son caractère vernien, tu vas faire ça très bien.

 

Et voilà, c’est ma punition. Il faut que je vous parle du caractère vernien du Musée-Aquarium d’Arcachon. Mais d’abord, il faut que je vous avoue combien je suis honteux. Parfaitement honteux de ne pas avoir constaté par moi-même ce caractère particulier qui s’attache à cet établissement. C’est un écrivain qui me l’a fait remarquer.

Je ne me souviens plus trop lequel.

Cela se passait à la Plage aux Écrivains de 2007, celle du cent cinquantenaire à laquelle je m’étais auto-invité. La journée était longue et je discutais avec mes voisins.  Il y avait là, Nicolas d’Estienne-d’Orves et Jean-Marc Parisis.

J’aurais pu être en plus mauvaise compagnie.
Alors que pour combler la conversation, je leur parlais du Musée-Aquarium que l’on apercevait de l’endroit où nous étions, l’un des deux, mais en vérité je ne me souviens pas lequel, s’est lancé dans une très longue digression sur ce Musée. Peut-être bien Nicolas d’Estienne-d’Orves auquel j’avais dû faire remarquer le lien de parenté qui l’unissait à Paul Lacoin, l’un des responsables de la construction dudit aquarium.

Il connaissait très bien l’établissement et il nous a alors expliqué combien il lui apparaissait vernien. Essentiellement vernien. Éminemment vernien. Il était intarissable sur le sujet. D’abord, il m’est apparu plus excessif encore que Salvador Dali expliquant que la gare de Perpignan était le centre cosmique du monde…

Et puis, petit à petit, je me suis laissé convaincre. J’ai compris combien il avait raison pour avoir moi-même ressenti toutes ces impressions qu’il nous décrivait.

Lire la suite de

      Imprimer cet article Imprimer cet article

 

 

 

 

Nous avons déposé le 14 août un commentaire sur le site des consultations publiques
du Ministère de la Transition écologique et solidaire
http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr
au sujet de la consultation “Plan de gestion du Parc naturel marin du Bassin
d’Arcachon” :

 

 

 

Lire la suite de