Soutiens

Posté par admin le 17 11 2009

Nous ont rejoint dans notre combat, à titre personnel, MM. :

  • Michel Boyé, président de la Société Historique et Archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch,
  • Francis Hannoyer, ancien président de l’Association pour la Sauvegarde du Site d’Arcachon.
Catégories: Soutien
Étiquettes : ,
17Nov

Une institution respectable: une étude de Michel Boyé (1ère partie)

Posté par admin le 02 11 2009

Avec l’étude qui suit, nous entrons dans un autre registre.
Au fil du temps, les Présidents de la Société Scientifique ont sacrifié à plusieurs reprises à la rédaction d’une petite plaquette publiée à la gloire de leur société savante.
Fernand Lalesque, Félix Jolyet, Robert Weill n’ont peut-être pas été aussi impartiaux qu’ils auraient dû l’être dans la présentation et le résumé historique de cette Société.
On pourrait nous le reprocher.


Cette fois, il s’agit du travail d’un historien reconnu, qui ne veut rien prouver, juste nous présenter les péripéties qui ont entouré la création de cette remarquable institution et toutes les difficultés qu’ont dû surmonter, tous les efforts qu’ont dû consentir ses membres fondateurs pour parvenir à construire ce Musée-Aquarium que nous entendons défendre aujourd’hui.
Ne serait-ce que par respect pour leur mémoire.


L’étude ci-dessous de Monsieur Michel Boyé, intitulée Une institution respectable : la Société Scientifique d’Arcachon est extraite, pour sa première partie, du bulletin n° 128 du 2ème trimestre 2006 de la Société Historique et Archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch.
Les curieux, les chercheurs, les défenseurs de ce Musée-Aquarium, l’Administration des Monuments Historiques, enfin tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à l’avenir de ce vénérable établissement trouveront dans cette étude toutes les réponses à leurs questions.

Michel Boyé est président de la Société Historique et Archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch

UNE INSTITUTION RESPECTABLE
LA SOCIÉTÉ SCIENTIFIQUE
D’ARCACHON
(1ère partie)

Il y a cent quarante ans, le 2 juillet 1866, était inaugurée en grande pompe par le comte de Bouville, préfet de la Gironde, et le baron Travot, député, l’Exposition internationale de pêche et d’aquiculture(1), voulue par le docteur Gustave Hameau, président de la Société Scientifique d’Arcachon.

La date est capitale pour la toute jeune société. De cette manifestation, qui lui valut un mes-sage d’encouragement du président des Etats-Unis Andrew Johnson, le 12 mars 1866(2), et à laquelle participèrent 675 exposants dont 128 étrangers, devait découler toute son histoire, à la fois unique en France et riche en événements et découvertes : une histoire qu’il a paru nécessaire de relater dans tous ses détails, tant son devenir se trouve aujourd’hui remis en cause par des considérations plus spéculatives qu’intellectuellement fondées.

Lire la suite

02Nov

Une institution respectable: une étude de Michel Boyé (2ème partie)

Posté par admin le 01 11 2009

UNE INSTITUTION RESPECTABLE
LA SOCIÉTÉ SCIENTIFIQUE
D’ARCACHON (II)

Lire la première partie

DEUXIEME PARTIE : AU SERVICE DE LA SCIENCE
(1882-1914)

L’assemblée générale du 18 décembre 1881 donna l’occasion au docteur Gustave Hameau de penser tout haut que «la Société pouvait entrer dans une voie de prospérité nouvelle» ; en effet « les professeurs agrégés, maîtres de conférences, préparateurs de la [nouvelle] Faculté de Médecine et de Pharmacie [de Bordeaux] demandaient à être admis dans la Société », tout en désirant « en même temps que les statuts (fussent) mis en harmonie avec les besoins d’un personnel actif, pour lequel les laboratoires (étaient) une chose essentielle ». Prévoyant, le conseil d’administration avait fait le nécessaire. Il appartenait désormais aux membres présents de se prononcer sur le projet qui leur était soumis ; c’est ainsi que de nouveaux statuts furent adoptés et que 19 nouveaux membres furent admis, dont 15 œuvraient à l’Université.
Le renouvellement du conseil d’administration fut remis à une date ultérieure, étant admis qu’il était « indispensable de faire une large place aux professeurs des Facultés de Bordeaux ». Pour Gustave Hameau, il n’était pas question de trop tarder. Le nouveau Conseil fut élu le 15 janvier 1882(1), après lecture d’un vœu « adressé à Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique par la Faculté de Médecine et de Pharmacie, attirant l’attention du ministre sur la Société Scientifique et sur les avantages que retirerait l’enseignement supérieur de l’existence de laboratoires à Arcachon ».

Lire la suite

01Nov