« D’habitude ce sont les bâtiments qui s’adaptent à un PLU. Là, c’est le PLU qui est refait pour rendre légal un projet. C’est hallucinant ! », déplorait Hélène Gracieux, présidente de l’Assa, en sortant de l’audience. Extrait de l’article de Denis Lherm dans Sud Ouest du 14 décembre 2018.