Notre Musée-Aquarium à 150 ans

La Dépêche du Bassin célèbre cet anniversaire dans ses colonnes sous la plume de Jean-Baptiste Lenne. Ce dernier a retranscrit, avec le sérieux que nous lui connaissons, les propos qui lui ont été tenus, en aucune façon il n’est à blâmer.

Remarques – Refait totalement en 1935, le site touristique vit là ses derniers étés face à la jetée ?
Le CPDAC (Collectif Populaire de Défense des Aquaria Convoités) veille.
Tout le monde malheureusement vit ses derniers étés.
L’important c’est le nombre de ces derniers étés.
Et tout porte à croire que le Musée-Aquarium d’Arcachon, qui n’est pas un site touristique mais un véritable monument historique, vivra encore beaucoup plus d’étés que ne pourra le faire chacun d’entre nous.
Refait totalement en 1935.
En 1935 le matériel est à bout de souffle, tout est détruit pour reconstruire l’aquarium et son décor de grotte que l’on connaît aujourd’hui.
Il s’agit d’un mensonge éhonté colporté par ceux qui craignent de le voir officiellement classé monument historique.
Il n’a pas été détruit il a été simplement amélioré pour tenter de lutter contre la nouvelle concurrence du Musée de la Mer de Biarritz.
Honte aux menteurs !

Dans sa livraison du 23 juillet dernier, le journal Sud-Ouest propose un article sur les réactions aux avis favorables des enquêtes publiques relatives au projet du Pôle Océanographique Aquitain.

Et dans cet article, il fait dire au député-maire d’Arcachon :

« C’est une satisfaction pour l’Etat et l’université qui portent ce projet. Je ne suis pas surpris de ces avis favorables : les populations sont conscientes des enjeux, à savoir la présence de l’université de biologie sur le Bassin, qui contribue à la préservation de notre environnement et la construction d’un nouvel aquarium neuf pour remplacer l’actuel, qui est un peu désuet. »

Nous ne raillerons pas une université de biologie qui entend préserver notre environnement en nous infusant un mur de béton de cent mètres de long sur vingt mètres de haut qui va saccager une partie de notre littoral, mais nous devons remarquer cette nouvelle qualification de notre Musée-Aquarium qui devient seulement « un peu désuet ».

« Un peu désuet », c’est sans doute la nouvelle formulation politiquement correcte pour désigner un monument historique que l’on s’apprête à démolir.

Lire la suite de