Du nouveau dans la préservation de notre Maison Universelle

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Au mois de décembre dernier, ici même, le CPDAC avait publié une lettre ouverte destinée à la conseillère municipale déléguée au patrimoine pour lui demander de s’opposer à la destruction de notre Maison Universelle projetée par le promoteur Nexity.

Et contre toute attente, il semble bien que nous ayons été entendus.

Une rumeur court la ville, reprise dans un article récent de La Dépêche du Bassin, qui prétend que la société Nexity aurait renoncé à détruire cet élément important du patrimoine de la ville.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Il est vrai que Nexity ne semble pas avoir pour habitude de manquer de respect aux éléments dont une ville peut s’enorgueillir.

Prenons un exemple tout à fait d’actualité :

Il y a des villes, comme Reims, qui s’appuient sur Nexity pour sauvegarder une pièce importante de leur patrimoine, l’hôtel Ponsardin classé monument historique.

Un magnifique hôtel construit en 1780 par le baron Nicolas Ponsardin, le grand-père de Clémentine Clicquot qui aurait préféré, raconte-t-on, le comte Louis Leriche de Chevigné, qu’elle épousera, à Adalbert Deganne.

Lequel par dépit fera construire à Arcachon une copie du château Boursault de la veuve Clicquot qui se trouve aujourd’hui situé pratiquement en face de notre Maison Universelle.

Il y a des villes, comme Reims, qui font l’effort de sauvegarder leur patrimoine architectural, quand d’autre, comme Arcachon, laisse sans vergogne saccager le leur, quand elle ne participe pas elle-même directement à ce saccage.

C’est à nous, citoyens de la base, de nous opposer à cette destruction scandaleuse.

Pour le CPDAC

Arcachon, le 15 octobre 2021

1 commentaire

  1. Arcachonnais de naissance, j’ai toujours connu la maison universelle. C’était l’Inscription maritime, me semble-t-il où j’allais, chaque année, chercher mon permis de chasse sous-marine, gratuit, accompagné de la règlementation de cette pratique.
    Pourquoi ne pas la dédier, aujourd’hui, à un musée, dont Arcachon manque cruellement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.