L’un de nos sympathisants a donc déposé un recours, devant le Tribunal Administratif de Bordeaux, contre la décision de la délégation permanente de la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites rejetant la protection du Musée-Aquarium d’Arcachon au titre des Monuments Historiques.

Le Préfet de la Région et le Directeur Régional des Affaires Culturelles, toutes les deux d’Aquitaine, viennent d’émettre, par l’intermédiaire de leur avocat commun, un mémoire en réponse.

Qui commence par ergoter sur la recevabilité de la requête.

Circulez, braves gens, y a rien à voir.
Occupez-vous de ce qui vous regarde.
Laissez-vous spolier sans rien dire.

Et qui présente ensuite des arguments au fond.  Ce n’est pas tant leur pauvreté que leur mauvaise foi qui surprend. Il est vrai qu’il est toujours difficile de défendre l’indéfendable. L’avocat de l’Administration prétend alors le recours irrecevable au motif que la délégation permanente de la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites n’aurait qu’un rôle consultatif et qu’à ce titre, elle n’émettrait que des avis et ne rendrait donc pas de décisions.  C’est vrai quand elle donne un avis positif, puisque la décision finale est du ressort de la Direction Régionale des Affaires Culturelles. Mais c’est faux quand elle donne un avis négatif. Puisque celui-ci empêche de recourir à l’arbitrage de la Direction Régionale des Affaires Culturelles.  Quand elle donne un avis négatif, cette Commission est donc tout-à-fait décisionnaire.

Lire la suite de

Nous avons le regret d’informer tous nos sympathisants que la délégation permanente de la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites que nous avions sollicitée dans le cadre de la protection de notre Musée-Aquarium aurait rendu, contre toute attente, une décision négative dans des circonstances qui ne sont pas sans nous stupéfier.

Des circonstances qui montrent qu’il s’agit bien plus d’un « arrangement entre amis » que d’une analyse objective du caractère éminemment historique de cet établissement arcachonnais. Toutes les « parties prenantes » à l’affaire, la Mairie, l’Université, la Société Scientifique, qui se sont liguées dans le même objectif de voir rapidement détruit notre Musée-Aquarium, semblent avoir reçu par courrier une annonce officielle de cette décision, quand nous, les demandeurs, sommes toujours tenus dans son ignorance.

Comme si on n’avait pas voulu les informer mais plus certainement les rassurer au plus tôt. Et ne faisant pas partie du cercle des « amis », personne n’aura songé nous faire destinataires de cette décision inique.

Laquelle reconnaît, selon les fuites qui sont parvenues jusqu’à nous, que cet aquarium est sans doute le plus ancien en activité, du monde, mais qu’il a subi en 1934 sous la direction de l’architecte Ormières un important réaménagement qui lui a fait perdre tout caractère d’authenticité. Cette perte d’authenticité ajoutée à sa soi-disant absence totale d’intérêt architectural font qu’il ne mériterait pas d’être préservé.

Lire la suite de

Nous venons d’apprendre par le quotidien régional que le Plan d’Urbanisme d’Arcachon (PLU), établi au début de 2007, venait d’être annulé par une décision du Tribunal Administratif en réponse, pour partie, à un recours formé par des riverains de l’ilot Peyneau sur lequel est édifié notre Musée-Aquarium.

Dans ce PLU, cet ilot avait été subrepticement classé en zone UD autorisant des constructions d’une hauteur de 20 mètres alors que l’ensemble du front de mer était classé en zone UF interdisant des hauteurs supérieures à 11,50 mètres.

Tout cela est affaire politique et ne nous concerne pas vraiment dans notre lutte pour la préservation de notre Musée-Aquarium.

Mais nous sommes toutefois dans l’obligation de constater que l’Université avait à l’origine choisi de se développer sur son site historique autour du musée-Aquarium qui aurait été comme un bijou dans son écrin.

Lire la suite de

      Imprimer cet article Imprimer cet article

« L’aquarium où l’on aime les sciences » est le titre d’un article publié dans Arcachon-Magazine de 2002. Son auteur, Carine Arribeux, nous a aimablement autorisés à le reprendre ici, sur notre site, ce dont nous la remercions très chaleureusement.

Comme vous pourrez le voir, cet article est sous-titré : « Comment, à l’abri de ses modestes bâtiments arcachonnais, l’un des plus anciens aquariums du monde a entrepris, pendant près d’un siècle et demi, de savantes recherches en biologie marine… »

L’un des plus anciens aquariums du monde…

Déjà dans un « Guide-excursions » d’Arcachon publié en 1948, le docteur Georges Fleury alors président de la Société Scientifique et le professeur Robert Weill, directeur de la station biologique, écrivaient :

« La Station Biologique d’Arcachon, fondée en 1867, est, après celle que le Collège de France possède à Concarneau depuis 1859, la plus ancienne non seulement de France, mais du monde. Elle est en outre, en France, la seule organisation de ce genre qui n’appartienne pas à une administration d’Etat : le mérite de l’avoir créée, développée, et entretenue, non sans peine ni difficultés, revient à une association locale privée, la Société Scientifique d’Arcachon, fondée en 1863 et reconnue d’utilité publique en 1924. […]

Elle s’efforce de rester fidèle à son passé et à sa mission désintéressée[1]. »

Lire la suite de

Logo Sud OuestSud Ouest, le quotidien régional, a publié samedi un article sur la demande de protection du Musée Aquarium d’Arcachon, confirmant que la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) l’avait bien reçue.  Cette demande devrait être examinée en janvier 2010, par une “première commission qui statuera sur la pertinence d’aller plus loin sur le sujet.”

Voir l’article sur le site de Sud Ouest

Lire la suite de