Lettre ouverte à Madame la Conseillère Municipale déléguée au patrimoine,

sur la Maison Universelle, ex-Inscription Maritime.

Chère Madame,

La Maison Universelle est une de ces jolies maisons rescapées de la promotion immobilière qui en a déjà tant détruit dans la ville d’Arcachon.

Une de ces constructions pour lesquelles Victor Hugo a écrit :

« Il y a deux choses dans un édifice : son usage et sa beauté.

Son usage appartient à son propriétaire, sa beauté à tout le monde, à vous, à moi, à nous tous.

Donc le détruire, c’est dépasser son droit. ».

Nous avons perdu son usage, que nous devions à la générosité de l’un de nos concitoyens, par le stupide entêtement du maire.

Lequel a aussi oublié, en demandant le 22 octobre dernier à son conseil municipal l’autorisation de vendre la parcelle contigüe, de prévenir que l’acquéreur avait déposé depuis le 20 juillet un permis de construire sur l’ensemble des deux terrains.

Si bien que le conseil municipal, ce « grotesque sanhédrin » à l’instar de celui de la ville de Laon qui en votant comme un seul homme, ou presque, la démolition d’une tour médiévale s’était attiré les foudres de ce même Victor Hugo, entend après l’usage nous priver maintenant de la beauté de cette Maison Universelle.

Mais que peut faire dans cette galère la Conseillère Municipale déléguée au patrimoine que vous êtes, sinon sauter par-dessus bord ?

Vous jeter à l’eau plutôt que de voir sali un nom qui jouit d’une aura particulière dans la ville pour être étroitement lié à sa création ?

De tout cœur avec vous et en toute amitié.

Jean-Pierre Ardoin Saint Amand.

L’histoire de la Maison Universelle est à lire ICI